Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

tableaux

Cette nuit j'ai rêvé de toi

Publié le par srenzo

 

Cette nuit j'ai rêvé de toi

Cristina

 

J'avais dans les mains quelque chose

d'assez gros, foncé

et précieux

 

Comme un œuf

 

Cela nous reliait

 

Et j'avançais parmi les gens

- de ceux à qui on peut parler de tout

en confiance et serein -

pour divulguer cette merveille

 

J'étais heureux

 

Et dans leurs yeux

je lisais qu'ils me comprenaient

 

Toi Cristina tu étais là

 

Dans nos regards qui se mêlaient

intenses et vrais

tu souriais

 

 

 

avr. 2020

Partager cet article
Repost0

Sunday Bloody Sunday

Publié le par srenzo

 

Le grand lit de la chambre d'amis

chez Bon Papa et Bonne Maman

à Sancoins

 

Ces lundis matins de mars

la nuit d'hiver dehors

la chambre froide, et silencieuse

 

Papa et Maman à Paris

chimiothérapie

 

Le cabinet de toilette

et son grand lavabo blanc à deux vasques

les frissons vivifiants

 

Le grand sac noir à fermeture éclair rouge

bouclé pour l'internat

année de première

 

Le magnétophone à cassette de Xavier

branché, sur la table ou sur le lit :

« Sunday Bloody Sunday » !

 

 

 

8 jan. 2020

Partager cet article
Repost0

D'un petit-enfant à sa Bonne Maman

Publié le par srenzo

(avec beaucoup d'amour et d'émotion)

 

 

Je me souviens de ce moment

le jour de vos cent ans ;

ce tête-à-tête privilégié

où j'avais pu vous lire ce texte ;

vous m'avez écouté attentivement.

 

Je me souviens de vos regards

les yeux plissés et concentrés ;

du sourire que vous avez eu

quand vous m'avez coupé :

« Vous avez beaucoup de souvenirs monsieur ! »

 

Je me souviens de vos chansons

dans la cuisine de Revert ;

de Malbrough qui s'en va-t-en guerre

et qui ne sait quand reviendra ;

de ces aigus dans votre voix.

 

Je me souviens de la pâte à crêpes ;

de votre œil, rieur et complice,

et votre moue, pleine de malice,

à la deuxième cuillerée

de l'arôme de fleur d'oranger.

 

Je me souviens de votre main

qui caressait mes boucles blondes ;

de ce contact sur ma tête,

vos doigts passant dans mes cheveux

en m'appelant votre ange blond.

 

Je me souviens de l'odeur des huîtres,

ces soirs de réveillons familiaux ;

de votre grimace amusée,

du saumon, et du pain grillé

que nous partagions tous les deux.

 

Je me souviens de la sauce chasseur

qui accompagnait le sanglier ;

de votre clafoutis aux cerises ;

du flan au caramel ; de vos meringues ;

et de la bûche de Noël.

 

Je me souviens de votre pouce dressé ;

devant votre oeil enjoué,

claquant la langue,

quand vous parliez de votre père :

le plus grand avocat de Fraaance !

 

Je me souviens de votre port ;

un verre de vin à la main,

le lèvres légèrement pincées,

et le petit doigt levé :

très « distingué-z-et-racé !»

 

Je me souviens de vos expressions

que nous répétions en riant ;

« cric-crac entre les sapins »,

« boudiou qu'elle est bonne cette eau »,

« je ne fais que du très beau »,

« y m'a donné la peur, j'faisais l'geai » !

 

Je me souviens des pâtes trop cuites

dans la casserole en fer blanc

que vous posiez sur la table,

devant Bon 'P :

« Tiens papa, voilà tes nouillasses !»

 

Je me souviens des gâteaux de Nançay ;

vous préfériez les moins dorés,

je raffolais des plus grillés ;

de ce placard de la cuisine

où l'on trouvait toujours un sac.

 

Je me souviens des géraniums,

alignés aux fenêtres à l'étage ;

du long bec du petit arrosoir jaune ;

de l'eau qui pénétrait la terre

et dont je remplissais les coupelles.

 

Je me souviens de votre gentillesse ;

de votre attention à chacun ;

de votre élégance ; de vos robes rouges ;

et de votre sourire.

 

Je reconnais toutes ces traces

si bien ancrées en moi

que je vous dois

qui m'enracinent

 

Vous aurez vécu plus de cent ans, Bonne Maman ;

et pour moi vous êtes toujours

la Bonne Maman de mes dix ans.

 

Et si j'ai pleuré

en écrivant ces mots,

c'est de ces larmes rares

qui font tellement, tellement de bien !

 

Vous aurez vécu plus de cent ans, Bonne Maman ;

 

pour toujours vous êtes en moi

pour toujours je vous embrasse

 

et je vous dis simplement

et sincèrement

MERCI

d'avoir si bien été

la Bonne Maman de mes dix ans

 

 

 

janv. 2018

Partager cet article
Repost0

Nous étions installés dans cette jungle douce

Publié le par srenzo

 

Nous étions installés dans cette jungle douce

 

l’air frais de la soirée

 

me chatouillait le dos

 

et la chaleur d’un feu

 

caressait notre table

 

 

 

tu parlais de tes Peurs

 

j’ai dit ne pas comprendre

 

 

 

alors tes yeux se sont figés

 

loin

 

dans le fond des miens

 

 

 

entre tes mots

 

lâchés

 

assénés

 

tes lèvres tremblaient

 

 

 

et moi

 

contracté

 

devant tes yeux mouillés

 

de petite fille

 

 

 

je ne pouvais bouger

 

 

 

nov. 2008

Partager cet article
Repost0

Un peu plus bas !

Publié le par srenzo

 

« Un peu plus bas !
Un peu à gauche !
Non, plus haut. Là !
Oui... Ah ! C'est bon... »

Assise à ses côtés,
Elle lui gratte le dos

De ce petit plaisir
Ils partagent un sourire...
Et d'un regard complice
Ils éclatent de rire !

Moi aussi je souris,
Amusé par mes hôtes.
Comme il y a vingt ans
Comme avec mes parents

 

 

 

30 juil. 2008

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 > >>