Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

premiere periode 1993-2008

Une sacrée trentenaire

Publié le par srenzo

à Nathalie C.
 
 
Je n’ai pas de cadeau, en ce jour, à t’offrir,
Hormis ces quelques mots, que j’ai choisi d’écrire :
Témoins privilégiés d’une amitié qui dure
Depuis plusieurs années irriguées d’ondes pures…
 
Nous nous sommes croisés, chacun tournant sa page,
Sur les bancs d’un lycée dont nous n’avions plus l’âge.
Et chaque fois depuis, c’est toujours une joie :
Pour une soirée d’amis, ou quelques stères de bois…
 
Ce que j’aime chez toi ?
l’énergie de la femme,
l’élégance, la beauté,
et l’ouverture d’esprit,
la mère attentionnée
et la voix de l’amie.
 
Nathalie je te souhaite un bon anniversaire…
Tu restes une jeunette, une sacrée trentenaire !
 
 
 
avr. 2007
Partager cet article
Repost0

Un jour important

Publié le par srenzo

 
Aujourd’hui est un jour important :
Ce matin, je suis devenu grand.
Papa a pris sa clé à molette
Et il a enlevé mes roulettes.
 
En le tenant bien par la main,
Je suis allé sur le chemin.
 
La première fois, j’ai fait deux mètres.
Déséquilibre, une erreur bête…
Je suis allé trouver maman
Pour mon genou : premier pansement.
 
La deuxième fois, j’ai fait dix mètres.
Un gros caillou, une galipette…
Je suis allé trouver maman :
Deuxième genou, deuxième pansement.
 
La troisième fois, j’ai fait vingt mètres.
Dans la pente, comment on s’arrête ?
Je suis allé trouver maman,
Elle m’a dit :
« Ça suffit pour aujourd’hui ! »
 
 
 
14 avr. 2007
Partager cet article
Repost0

Le cardinal

Publié le par srenzo

 
Le rouge vif de sa livrée
tranchait sur son corps d’ébène
 
Sa robe soudain s’ouvrit
sur son abdomen
 
Déployant ses ailes
le cardinal prit son envol
 
Vers l’éden
de pollen
hallucinogène
 
 
 
1 jan. 2007
Partager cet article
Repost0

Auprès de mon père

Publié le par srenzo

 
Il arrivera à Montluçon
ce besoin indicible
t'emmener passer un moment
auprès de mon père
 
Nous prendrons alors la clef des champs
au volant de ma vieille Ford blanche
 
Dans l'habitacle silencieux
nous quitterons la ville et ses bruits
bercés par le roulement sourd
des pneus sur l'asphalte rugueux
 
La campagne bourbonnaise
défilera à travers les vitres
les vaches dans les prés vallonnés
les haies et les étangs
 
Le Berry ne sera pas loin
images de Revert
les moutons et leur laine
le Ponon
l'église de Thaumiers
et l'école
 
Nous serpenterons dans mes souvenirs
comme la langue de bitume
qui nous emmènera
lentement
au fil du temps
 
Jusqu'à ce virage avant le pont de l'autoroute
"Maillet" sur la gauche annoncera l'arrivée
la voie sera moins large
des gravillons rouleront sur le goudron
et nous entrerons dans le village
Une grande ligne courbe, déserte
la petite place que l'on contournera par la gauche
et l'église, jolie, celle de leur mariage
à la sortie du village nous nous garerons
devant la haie de hauts thuyas
 
Nous marcherons en silence
la main dans la main
dans la longue et large allée de graviers clairs
écoutant le son de nos pas rompre la tranquillité du lieu
 
Le portail grincera
 
Et je t'emmènerai là, où
plusieurs fois
je suis venu me réfugier pour pleurer
 
Devant ce caveau familial
et cette plaque de granit noir
aux lettres d'or
 
Auprès de mon père
 
 
 
déc. 2006
Partager cet article
Repost0

Première chasse

Publié le par srenzo

 
Sous la brume qui s’étire en longs filaments
La campagne s’éveille, fraîche et silencieuse
Exhalant les parfums de la terre en offrande
Ses hôtes reprennent leurs activités
Imperceptibles
 
Le long d’une haie camouflées des regards
Lentement des bottes frottent dans les herbes humides
Les yeux vont, viennent
Sur toute l’étendue de leur terrain de jeu
S’arrêtent
 
Contact froid du métal sur les mains qui se serrent
Prés. Clôtures. Lisières des bois
Rien ne bouge
 
Des croassements résonnent
Lourds
Battements d’ailes dans les arbres
Perceptions familières qui inondent le cœur
Donnent la sensation d’assurer la relève
Par ce seul butin sensoriel
 
De retour à la ferme passant l’atelier
Le garçon stoppe net sur deux oreilles blanches
 
Fixant sa dernière chance
Doucement
Il ferme l’arme
Cale la crosse sur l’épaule
Pose la joue sur le bois lisse
Complice
Ferme l’œil droit
Et ajuste la ligne de mire
 
BANG
Sourire. Il sait
Le garçon se dirige vers son premier trophée
Et au milieu d’un tas de vieux métaux rouillés
Il découvre interdit une toison jeune
Immaculée
Immobile
 
 
Il rapporte la prise au grand-père
Qui la dépose dans la gamelle du chien
Tête basse
 
Dernière chasse
 
 
 
nov. 2006
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>