Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

premiere periode 1993-2008

Naussac

Publié le par srenzo

 
D’un côté le torrent
de mon passé
vacarme
hypnotique
 
De l’autre le lac
planéité paisible
promesse d’un a-venir si proche
si apaisé
 
Je suis à ce passage
où le torrent prend fin
 
C’est mon plus beau voyage
et je traverse
 
Les résidus d'écume se dispersent
doucement
en direction du lac
 
 
 
juin 2008
Partager cet article
Repost0

Songe d'une nuit de fièvre

Publié le par srenzo

 
Sur un canapé nous lisions attendris
cet album de Ponti
 
Amusés et complices
blottis l’un contre l’autre
 
Ta main abandonnée sur moi
 
 
 
12 mars 2008
Partager cet article
Repost0

Monter sur scène (Haïku)

Publié le par srenzo

souvenir de mes deux années d'élève au café -théâtre
 
 
monter sur scène
pour les encouragements
qu’on n’a jamais eus
 
 
 
28 déc. 2007
Partager cet article
Repost0

L'intime étincelle

Publié le par srenzo

 
L'air est sec, piquant, il réfrigère le sang
Épiderme transi et frissons saccadés
C'est décembre et le froid sous les assauts du vent
Transperce ma pelure de ses salves glacées
 
La noirceur qui survient étouffe la lumière
Ce satané cosmos et son ombre maudite
Qui nous condamne à des lendemains éphémères
C'est l’hiver et la nuit redevient favorite
 
Dans toutes les artères, des lueurs électriques
Composent de mielleuses vitrines léchées
C'est le parfum des fêtes, les débits frénétiques
Alimentent le flot des âmes diluées
 
Dans l’âtre des foyers ressuscitent les feux
Familles rassemblées près des tables dressées
C’est là que vient le temps d’affronter, nauséeux
Les spectres intérieurs de mon présent passé
 
Mais fini l’abandon aux charmes de l’Obscur
Les lettres de cachets sont fragment de l’histoire
Je poursuivrai mes classes par-delà l’embrasure
Soufflant tous les retours de flamme crématoires
 
Quelque part en mon être, quelque chose vit
Qui me réchauffe, qui m’éclaire, et me rassure
Quelque chose de pur, qui entretient l’Envie
Et ouvre le chemin de l’enluminure
 
 
 
déc. 2007
Partager cet article
Repost0

Deux jolis moines

Publié le par srenzo

 
Savez-vous ce que j’ai surpris,
Mesdam’ messieurs, le savez-vous ?
Au beau milieu d’un pré fleuri,
Oyez, oyez, le croirez-vous ?
 
Deux jolis moines allongés,
Deux jolis moines, entendez-vous ?
Sur un arbuste à copuler,
A copuler ! le croyez-vous !
 
Ils arboraient la robe noire,
La robe noire ! entendez-vous ?
Leurs têtes viraient au roug’ sang,
Au rouge sang ! les pauvres fous !
 
C’était plus que j’n’en pouvais voir,
Mais quelle souillure ! Mais quel dégoût !
C’était plus que j’n’en pouvais voir,
Ah les filous ! les sapajous !
 
Coupant net leur coït bestial
Quand ils m’ont vu, les deux voyous
S’enfuyèrent dans l’air estival
A tire d’aile…
 
saisissez-vous ?
 
 
 
21 nov. 2007
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>