Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

premiere periode 1993-2008

Inanité

Publié le par srenzo

 
Au fil des allées j’ai contemplé, pensif
les tombes serrées alignées
les stèles patinées
affaissées
les épitaphes effacés
sur les caveaux fissurés
oubliés
les tombeaux démesurés
les concessions à perpétuité
abandonnées
 
Sur la pierre la mousse a poussé
et parsemés, ça et là
les nouveaux arrivés
 
Au fil des années les cimetières se remplissent
et les tombes se vident
combien d’hectares encombrés
combien de place gaspillée
pour ces étranges cendriers ?
 
Un sentiment d’inanité
à vous donner envie
d’être
incinéré
 
 
 
30 mai 2001
Partager cet article
Repost0

Au Père-Lachaise

Publié le par srenzo

 
Ils déambulent, sordides, dans les allées pavées
Tournent et retournent leur plan à travers les chemins
A la recherche futile de quelque nom gravé
A immortaliser caméra à la main
 
Sur la tombe de Chopin des bougies allumées
Les sourires impudents de deux jeunes étrangères
Sur celle de Morrison en groupe on vient fumer
Un pétard en hommage au poète contestataire
 
Ils rient et parlent fort, ces profanes indécents
Ces touristes funéraires d’un insolent toupet
Inondant le cimetière d’un ballet incessant
Les morts ne peuvent-ils donc pas reposer en paix ?
 
Alors qu’un peu plus loin se tient un homme usé
Contrepoint silencieux de cet odieux vacarme
Sur la pierre fatiguée une fleur est posée
Du coin de son mouchoir, l’homme seul essuie ses larmes
 
 
 
mai 2001
Partager cet article
Repost0

Colère

Publié le par srenzo

à Nathalie R.
 
 
Le sort s’acharne encore sur ceux qui me sont chers
Il a tué hier mon infantile candeur
Il revient aujourd’hui raviver ma rancoeur
Une femme n’aura bientôt plus le choix d’être mère
 
Un cancer insidieux sommeille dans sa chair
Sous le souffle croissant du vent de ma fureur
Dans mon cœur dégoûté vacille cette lueur
Je vais finir par croire que l’enfer est sur terre
 
L’existence n’est-elle donc qu’un long chemin de croix ?
De quel être malveillant sommes-nous donc les proies ?
La vie ne livre pas la clef de ses mystères
 
Elle se plaît à tirer les fils de nos souffrances
Pour mieux mettre à l’épreuve nos forces de résistance
Cette vie je la vomis, et lui crache ma colère.
 
 
 
avril 2001
Partager cet article
Repost0

Demoiselles

Publié le par srenzo

 
Lorsque le soleil effleure les eaux des ruisseaux
Sur les rives apparaissent de jolies demoiselles
Créatures délicates au corps agile et frêle
Sagement étendues parmi les arbrisseaux
 
Dans les fourrés épais, les fleurs et les roseaux
Ces belles immobiles, quelquefois jouvencelles
S’évanouissent craintives au moindre bruissement d’ailes
Vous abandonnant seul au doux murmure des eaux
 
Alors approchez-vous... peut-être, si rien ne bouge
Apparaîtra la grande naïade aux yeux rouges
Aux deux extrémités de sa si large tête
 
Savourez votre chance... admirez, silencieux
Les merveilleuses petites nymphes au corps de feu
Et charmé comme moi, vibrez le cœur en fête !
 
 
 
avril 2001
Partager cet article
Repost0

Couleurs café

Publié le par srenzo

en hommage à Boby Lapointe et son "tube de toilette"

 
C’est l’histoire d’un Blanc, d’un Noir,
D’un Jaune et d’une violette
Dans un café en couleurs
Ou comment au comptoir
On peut perdre la tête
Pour des histoires de cœur
 
Voilà en gros l’topo : le Blanc s’appelle Jo
Y’tient un p’tit bistro, sa vie c’est son bar, Jo                                 BARJOT
 
Alors voilà ce vendredi
Le Blanc Jo range son comptoir
Sauf un gros rouge exprès sorti                                                       EXPRESSO
Pour que Jo noie ses idées noires
« Ma rombière me quitte pour un Jaune »                                       BIERE
Un judoka qui s’appelle Ken
Maint’nant l’judo rend jaloux Jo                                                     JUS D’ORANGE
« Fais gaffe mon gars, j’ai la haine, Ken »                                      HEINEKEN
 
Arrive Violette l’autrichienne
Diablement appétissante                                                                   DIABOLO MENTHE
C’est une autrichienne de Vienne                                                     CHIENNE DE VIE !
Qui a toujours la mine riante
(c’est bien connu, les viennoises rient)                                             VIENNOISERIES
 
Shu le nain jaune fait son entrée
Ch’veux gominés, bleu de colère
Mais le gominé rale et dé-                                                                 EAU MINERALE
Rape et rétif demande un verre                                                          APERITIF
« Quel vin veux-tu Shu, rouge ou blanc ?                                          CHOU ROUGE
Ca f’sait longtemps qu’j’avais pas vu
Ta face de citron pressée dans                                                            CITRON PRESSE
Mon bar ». Shu dit « Sers-moi un jus »
(et la viennoise rit un peu plus)
 
Sur ce voilà le Noir Mehdi
C’est un jeune blanc-bec auvergnat
Le blanc-bec Noir a l’air aigri
Quel choc ! Oh la grise mine il a !                                                     CHOCOLAT
Jo le Blanc est déjà bien noir
S’écrie « Mon bleu d’Auvergne à moi ! »                                          BLEU D’AUVERGNE
Le Noir rit jaune devant l’comptoir
Et d’mande un blanc pour passer ça
(et la viennoise rit aux éclats)
 
Jo est marron, il broie du noir
Il noie dans l’rouge ses bleus à l’âme
Et chauffe à blanc nos deux lascars
Avec ses histoires de bonne femme
Le Jaune voit rouge, un marron part
Comme un coup d’pelle fort asséné                                                   PELFORTH
Jo fait trois tours tel un radar                                                             TOURTEL
Il est groggy, cogne à côté                                                                  GROG - COGNAC
(la viennoise rit de cette volée)
 
Le Noir à demi rassuré                                                                       DEMI
Veut séparer le Jaune du Blanc
Jo se croit sans doute agressé                                                             CROISSANT
Envoie sur les roses l’débutant
Le Blanc soudain se sent très fort
Distribue beignes et pains au deux                                                     BEIGNETS - PAINS
La déconfiture est alors                                                                      CONFITURE
Claire pour les deux couverts de bleus
(et la viennoise rit tant qu’elle peut)
 
Jo se r’tourne alors vers Violette
Diablement appétissante
Avec son rouge aux lèvres cette
Autrichienne est bien aguichante
Alors Jo viole et tue Violette
Pour lui apprendre à rire tout l’temps
La viande occise est moins guill’rette                                                VIANDOX
Maint’nant qu’elle est saignée à blanc
 
Moralité dans un café
On s’laisse griser par les couleurs
Blanc, rouge, jaune, noir dans l’verre et les
Marrons arrosent les bleus du cœur
 
 
 
mars 2001
Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 > >>