Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

premiere periode 1993-2008

Nous étions installés dans cette jungle douce

Publié le par srenzo

 

Nous étions installés dans cette jungle douce

 

l’air frais de la soirée

 

me chatouillait le dos

 

et la chaleur d’un feu

 

caressait notre table

 

 

 

tu parlais de tes Peurs

 

j’ai dit ne pas comprendre

 

 

 

alors tes yeux se sont figés

 

loin

 

dans le fond des miens

 

 

 

entre tes mots

 

lâchés

 

assénés

 

tes lèvres tremblaient

 

 

 

et moi

 

contracté

 

devant tes yeux mouillés

 

de petite fille

 

 

 

je ne pouvais bouger

 

 

 

nov. 2008

Partager cet article
Repost0

Lumière

Publié le par srenzo

 

C’est la fin du week-end et je suis dans ce train

Un wagon clairsemé inondé de lumière

et le rythme en saccades des roues sur les rails

Dans les bras de son père, un jeune enfant métis

balbutie en jouant, sous l’œil rieur de sa mère

 

Sur le quai du départ je viens de te parler

d’une femme que j’aime, que tu connais déjà

De ce bonheur serein qui m’étreint depuis peu

Cette image était belle, au travers de la vitre

de nos deux mains ouvertes, et de nos vrais sourires...

 

Qu’il était bon, maman,

ce week-end en famille !

 

Sur le quai du départ j’ai voulu te parler

de la femme que j’aime, que tu connais déjà

 

De ce bonheur serein

qui m’étreint depuis peu

 

Que l’image était belle au travers de la vitre

de nos deux mains ouvertes

et de nos vrais sourires !

 

C’est la fin du week-end

et je suis dans ce train

 

Dans les bras de sa mère

le jeune enfant métis balbutie en jouant

sous les yeux de son père

 

Rythmé par les saccades des roues sur les rails

le wagon se remplit

 

Inondé de lumière

 

 

 

28 sept. 2008

Partager cet article
Repost0

Shine a light on me (le premier jour du reste de ma Vie)

Publié le par srenzo

à Estelle

 

 

J’avais cueilli, à ma fenêtre

un profil aux mille promesses

 

où chaque mot que je posais

me revenait en un Echo

 

Puis la grâce d’une posture

saisie un soir d’anniversaire

avait embrassé mon regard

 

Puis une voix, douce et posée

avait ouvert à mon oreille

une troublante proximité

 

Ce quatorze avril deux mille huit

ta Lumière m’a ébloui

et m’a laissé groggy

 

Puis j’ai re-vu dans les fossés

bordant la route vers les miens

tous les coucous de mon Enfance

 

Puis j’ai senti cette Présence

dans l’habitacle silencieux

m’accompagner, près de mon père

 

Et debout là, sous cette pluie

comme il y a juste quinze ans

toute ma vie a pris son sens

 

A l’expiration du torrent

j’ai emprunté la passerelle

pour accéder au bord du lac

 

Plongé au cœur de mes entrailles

dans cette ferme de l’Ariège

où j’ai, enfin, trouvé la paix

 

Je suis fin prêt mon bel Amour

je t’aime, et je t’attends

et nous avons tout notre temps

 

Chasse tes peurs mon bel Amour

Je t’aime ; et je t’attends

Et nous avons tout notre temps

 

 

 

sept. 2008

Partager cet article
Repost0

J'arrive

Publié le par srenzo

à Frank et Emmanuelle

 

 

Je reviens d’un voyage aux confins éloignés

au-delà de l’Ariège et de ses Pyrénées

 

Le temps est arrivé où le brouillard se lève

où s’ouvrent les arcanes ouvrant les lendemains

 

Un parfum de fumier dans une bergerie

le désordre figé d’un atelier souillé

j’ai retrouvé l’enfant, lui ai donné la main

Nous respirions ensemble

Les bêlements lointains de brebis sur les prés

la saveur d’une mûre à une haie sauvage

dans un sac une laine douce, sale et tassée

s’épanchait sur nos mains

 

Des balles de foin sec embaumaient dans les champs

le cri aigu d’un coq montait d’un poulailler

L’enfant m’a dit « Merci. Ici c’est comm’ chez moi.

Mais sans l’être vraiment. »

Nous cueillions des légumes à d’autres potagers

succombions sous un arbre à d’autres teints de prunes

caressions du regard d’autres vraies confitures

sur le bois d’une table

 

Nous nous laissions bercer à la douceur du miel

un père et ses enfants créaient une cabane

L’enfant m’a regardé. Calmement il m’a dit

en libérant ma main

« Tu peux grandir en paix, il est d’autres passeurs. »

La lumière du soir chatoyant sur les herbes

les insectes dansaient de leurs battements d’ailes

sur une table en fête

 

 

 

août 2008

Partager cet article
Repost0

Un peu plus bas !

Publié le par srenzo

 

« Un peu plus bas !
Un peu à gauche !
Non, plus haut. Là !
Oui... Ah ! C'est bon... »

Assise à ses côtés,
Elle lui gratte le dos

De ce petit plaisir
Ils partagent un sourire...
Et d'un regard complice
Ils éclatent de rire !

Moi aussi je souris,
Amusé par mes hôtes.
Comme il y a vingt ans
Comme avec mes parents

 

 

 

30 juil. 2008

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>