"Ballade" de François Villon (1431-?)

Publié le par srenzo

 
 
 
             Ballade
Par laquelle Villon crye mercy à chacun.
 
 
A Chartreux et à Celestins,
A mendians et à devotes,
A musars et cliquepatins,
A servans et filles mignottes,
Portant surcotz et justes cottes;
A cuyderaulx d’amours transis,
Chaussans, sans meshaing, fauves bottes :
Je crye à toutes gens merciz !
 
A fillettes monstrans tetins,
Pour avoir plus largement hostes;
A ribleurs meneurs de hutins,
A basteleurs traynans marmottes,
A folz et folles, sotz et sottes,
Qui s’en vont sifflant cinq et six;
A marmousetz et mariottes :
Je crye à toutes gens mercy !
 
Sinon aux trahistres chiens mastins,
Qui m’ont fait manger dures crostes
Et boire eau maintz soirs et matins,
Qu’ores je ne crains pas trois crottes :
Pour eulx je feisse petz et rottes
Voulentiers, si ne fusse assis.
Au fort, pour eviter riottes,
Je crye à toutes gens mercy !
 
 
ENVOI
 
S’on leur froissoit les quinze costes
De bons mailletz, fortz et massis,
De plombée et de telz pelottes,
Je crye à toutes gens mercy !
 
 
 
 

Publié dans textes d'auteurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article