Demoiselles

Publié le par srenzo

 
Lorsque le soleil effleure les eaux des ruisseaux
Sur les rives apparaissent de jolies demoiselles
Créatures délicates au corps agile et frêle
Sagement étendues parmi les arbrisseaux
 
Dans les fourrés épais, les fleurs et les roseaux
Ces belles immobiles, quelquefois jouvencelles
S’évanouissent craintives au moindre bruissement d’ailes
Vous abandonnant seul au doux murmure des eaux
 
Alors approchez-vous... peut-être, si rien ne bouge
Apparaîtra la grande naïade aux yeux rouges
Aux deux extrémités de sa si large tête
 
Savourez votre chance... admirez, silencieux
Les merveilleuses petites nymphes au corps de feu
Et charmé comme moi, vibrez le cœur en fête !
 
 
 
avril 2001
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article