Coeur perdu

Publié le par srenzo

 
Mes nuits d'amour défilent
seul dans mon lit le soir
sans une nouvelle idylle
seul dans ma chambre noire
 
Le galbe de tes lèvres
se livre sous mon doigt
qui glisse tel un orfèvre
hypnotisé, sans voix
 
Ma main roule sur ta peau
et va chercher ton sein
qui se cale bien au chaud
dans la paume de ma main
 
Nos jambes nues s'enlacent
et nos langues s'annexent
tendrement tu me masses
me décalottes le sexe
 
De plus en plus avide
tu écartes les cuisses
et m'offres ton sexe humide
où doucement je glisse
 
Commence le va-et-vient
dans tes yeux dans mes yeux
appliqué va-et-vient
où l'on vibre tous deux
 
Souffles courts, on s'étreint
sueur des corps en feu
s'achève le va-et-vient
et l'on s'apaise heureux
 
 
 
fév. 2005
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article