Au Père-Lachaise

Publié le par srenzo

 
Ils déambulent, sordides, dans les allées pavées
Tournent et retournent leur plan à travers les chemins
A la recherche futile de quelque nom gravé
A immortaliser caméra à la main
 
Sur la tombe de Chopin des bougies allumées
Les sourires impudents de deux jeunes étrangères
Sur celle de Morrison en groupe on vient fumer
Un pétard en hommage au poète contestataire
 
Ils rient et parlent fort, ces profanes indécents
Ces touristes funéraires d’un insolent toupet
Inondant le cimetière d’un ballet incessant
Les morts ne peuvent-ils donc pas reposer en paix ?
 
Alors qu’un peu plus loin se tient un homme usé
Contrepoint silencieux de cet odieux vacarme
Sur la pierre fatiguée une fleur est posée
Du coin de son mouchoir, l’homme seul essuie ses larmes
 
 
 
mai 2001
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article